DIRECT

LA PRESSE SALUE LE PROFESSIONNALISME DE MBAYE LOUM

Les quotidiens de ce mercredi ont rendu un vibrant hommage au doyen Amadou Mbaye Loum, journaliste et reporter de guerre à la Radiotélévision du Sénégal, mettant en exergue son professionnalisme et ses grandes qualités humaines.
 
Le journaliste de la Radiotélévision sénégalaise (RTS) à la retraite, Amadou Mbaye Loum, est décédé, mardi, à l’âge de 68 ans, à l’hôpital Principal à la suite d’une longue maladie.
 
Le doyen Amadou Mbaye Loum, issue de la promotion 1976 du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI), a été le spécialiste des questions militaires à la RTS. 

"Reporter de guerre", Amadou Mbaye Loum a couvert des opérations militaires en Casamance, au Liban, au Libéria, en Gambie, etc. Son enterrement est prévu jeudi au cimetière musulman de Yoff à Dakar.
 
Dans Le Soleil, le journaliste Ibrahima Khalil Ndiaye qui a côtoyé l’homme sur le terrain écrit : "l’annonce de ta disparition me laisse sans voix, pantois, en cette matinée de mardi. Comme un coup de massue reçu sur la tête, je réalise difficilement que l’incontournable mort, ou rendez-vous avec le destin, a frappé".
 
Dans son article "A Dieu mon colonel-Major !", Ndiaye, par ailleurs Secrétaire général du syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYMPICS), ajoute : "Difficile d’imaginer que je n’entendrai plus ta voix retentissante qui a tant charmé et captivé les téléspectateurs sénégalais. Il va juste falloir accepter le décret divin, immuable".
 
Selon le quotidien Enquête, "le baroudeur dépose les armes".
 
En hommage à l’ancien reporter de guerre et présentateur du journal télévisé sur la RTS, Le Quotidien livre "les derniers carnets de route de Amadou Mbaye Loum", un entretien que le journaliste avait accordé au journal en 2012.
 
"A la retraite depuis 8 ans, Amadou Mbaye Loum est décédé à l’âge de 68 ans à l’hôpital Principal de Dakar. Le Quotidien l’avait rencontré en septembre 2012 ce journaliste chevronné pour lui permettre de partager ses trente ans d’expérience journalistique", écrit la publication.
 
Selon le journal, "la carrière de Amadou Mbaye Loum a été riche en émotions, en découvertes et en enseignements. Ses souvenirs sont pour l’histoire le plus saisissant témoignage de sa carrière. Ils sont dans sa mémoire, ils ont forgé sa conscience".
 
"Il a toujours cru que le risque physique est parfois inhérent au journalisme et qu’il lui confère une partie de sa noblesse. Père d’un garçon qui vit aux Etats-Unis, Amadou Mbaye Loum a bourlingué en mettant sa vie en péril dans des zones de conflit. Liban, Liberia, Gambie …", écrit encore Le Quotidien.
 
Dans cet entretien sur deux pages, Mbaye Loum était revenu sur "Vie et projets (de) nouveau retraité", des "responsabilités et défis de la RTS", ses premiers pas dans le journalisme, son voyage avec Senghor, la démission du Président Senghor, la guerre du Liban, l’opération Fodé, Kaba 1et 2, la guerre en Guinée-Bissau en 1998, l’expérience libérienne et le Palais Buckingham" lors d’une visite du président Abdou Diouf en Angleterre.
 
Pour Le Témoin, "la presse nationale perd un monument".
 
Sur sa page facebook, le journaliste Sada Kane qui a également côtoyé Loum à la RTS livre son témoignage : "Le journaliste Amadou Mbaye Loum nous a quittés ce mardi 20 février. Nous tous, qui avons vécu avec lui de longues années de labeur au journal télévisé de la RTS, portons aujourd’hui, douloureusement le deuil".
 
"Apprendre la mort de Amdou Mbaye Loum, a installé en chacun de nous le sentiment de voir disparaître une partie de notre propre être, et s’écrouler un pan prodigieux de notre vie. Notre seule consolation est que nous pouvons garder de lui, avant tout, l’image d’un grand professionnel, talentueux et engagé", souligne-t-il.
 
"Avec sa générosité et son humilité naturelles, il aimait en homme de partage, donner sans mesure ni discernement, son savoir-faire et son temps à tous les membres de la rédaction. Il a été le grand reporter de guerre bien connu de tous", ajoute M. Kane.
 
Aps.sn

Aucun commentaire